Chutes d’eau I : Montmorency

Alors que nous étions déjà pas mal étendu dans notre précédent post concernant la ville de Québec, nous avons préféré garder notre visite à la chute de Montmorency pour plus tard.

Nous aurions certes préféré pouvoir poster des photos des chutes du Niagara qui ne sont pas non plus très très loin de chez nous (et où nous finirons bien par aller). Il eût été encore mieux de pouvoir poster des photos des Chutes d’Iguazu mais là, nous n’en sommes pas bien plus proches que lorsque nous étions en France…Du coup, nous nous sommes rabattus sur ce qui était à côté de chez nous (à 10km de Québec en fait), les Chutes de Montmorency.

Ces chutes font 84 mètres de haut. Autrement dit, 30m de plus que les fameuses autres chutes américano-canadiennes et sensiblement la même hauteur que les fabuleuses chutes brésilo-argentines.

Ce qui fait la différence entre la chute de Montmorency et ses « petites » soeurs bien connues est surtout la largeur (et par conséquent le débit) des chutes. Iguazu s’étend sur 2700m, Niagara sur 1200m alors que Montmorency doit difficilement dépasser la cinquantaine de mètres.

Ceci étant, il n’en reste pas moins que les chutes de Montmorency sont un endroit assez impressionnant. Elles se situent au fond d’une anse austère le long du Saint-Laurent. Les parois rocheuses, peu boisées, se composent d’une roche gris-noir très friable. Si il n’y avait tant d’eau, on pourrait parfois parler de paysages lunaires (même si les amateurs de mauvais esprit objecteront qu’il y a de l’eau sur la lune…).

La chute au fond de la anse
La chute au fond de la anse
Toujours la chute...
Toujours la chute...

A cette époque de l’année, le débit n’est pas le plus important mais cela dit, il est déjà assez impressionnant. En fait, le plus fascinant est la distance à laquelle sont projetés les embruns, une bonne cinquantaine de mètres à vue de nez. L’hiver, ces embruns gèlent en l’air et retombent en cristaux de glace. Il en résulte une sorte de grosse bosse neigeuse qui peut atteindre près de 30m et sur laquelle les lugistes viennent s’exercer. Nous espérons avoir l’occasion d’y retourner pour voir cela.

Les fameux embruns
Les fameux embruns
Un beau fouillis aquatique
Un beau fouillis aquatique
Rideau d'eau
Rideau d'eau

L’aménagement touristique est plutôt bien réalisé, un système d’escaliers panoramiques amène à une passerelle juste au-dessus du point de chute de la cascade. Ca permet d’avoir une vue imprenable sur le phénomène. Pour ceux qui ont le vertige, je signalerai que la précédente passerelle s’est effondrée quelques heures à peine après son inauguration…

Le système d'escaliers panoramiques
Le système d'escaliers panoramiques
Camille en pleine ascension
Camille en pleine ascension
Vue sur Québec pendant l'ascension
Vue sur Québec pendant l'ascension

Du fait de cette passerelle, nous nous sommes fendus d’une petite vidéo qui montre la chute vue d’en haut, la longueur de ses embruns et le site dans lequel cette chute vient s’intégrer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.