Les semaines de la construction

Fin juillet est la période des grands chassé-croisés de l’été en France, comme au Québec. En effet, même si les québecois ne bénéficient ni de RTT, ni d’autant de semaines de vacances que les français, la période estivale reste tout de même  dédiée au repos et à la farniente. Mais si la première quinzaine d’Août a la préférence en France, au Québec ce sont les deux dernières semaines de juillet, appelées semaines de la construction qui sont en vogue.

Cet étrange nom provient du fait que, depuis 1971, les conventions collectives des ouvriers du bâtiment québecois imposent deux semaines de vacances pour les ouvriers au moment où les chaleurs sont les plus importantes, à savoir pendant la dernière quinzaine de juillet ainsi qu’une autre, au moment des fêtes de fin d’année.

Chaque fin juillet, les quelques 120 000 ouvriers du bâtiments et leurs familles se retrouvent donc en villégiature, jetant quelques dizaines de milliers de voitures sur les routes du Québec. Mais rassurez-vous, avec ses 5 habitants au kilomètre carré (contre les 117 français), le Québec est loin de ressembler à la vallée du Rhône pendant les fameux week-end de chassé-croisés. Si on omet les abords de Montréal, qui n’ont rien à envier à l’île de France en termes d’embouteillages, un samedi noir sur les routes québecoises ressemble plus à un jour de semaine en rase campagne française qu’à autre chose…

Au passage, j’en profite pour signaler un mot de vocabulaire québecois bien d’actualité : congestion signifie bouchon, embouteillage. En même temps, il faut bien avouer que le terme est on ne peut plus approprié et qu’il est un peu saugrenu, et ô combien hexagonal, d’utiliser le champ lexical viticole pour parler de trafic routier…

2 thoughts on “Les semaines de la construction

    1. Effectivement, cette dernière semaine de juillet n’est pas très représentative 🙂

      Mais on a tout de même eu une semaine tropicale (ce qui veut dire qu’on a dépassé 30°C et que l’humidité dans l’air avoisinait les 100%) vers la mi-juillet. Ce fut bref mais, à en croire les québecois de souche, il paraît que ça va revenir. Je l’espère d’ailleurs, parce que si ça continue comme ça, on va finir voir les arbres rougir au mois d’Août et la neige commencer en septembre !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *